Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Déclarations PESC > Juin 2005 > Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne sur l'attentat à l'explosif perpétré par les maoïstes à Chitwan (Népal) le 6 juin 2005
Imprimer cette page Envoyer cette page

Déclaration PESC
Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne sur l'attentat à l'explosif perpétré par les maoïstes à Chitwan (Népal) le 6 juin 2005

Date de publication : 10-06-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures


L'UE condamne l'attentat à l'explosif perpétré par les maoïstes contre un bus à Chitwan le 6 juin, dans lequel des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées. L'UE condamne de la manière la plus vigoureuse le recours à la violence à des fins politiques. De tels attentats ne peuvent que faire reculer la cause de la paix au Népal et prolonger les souffrances de la population népalaise. Profondément indignée par cet acte brutal, l'UE présente ses sincères condoléances aux familles des défunts et exprime sa sympathie à ceux qui ont été blessés par l’attentat.

L'UE rappelle la déclaration qu'elle a faite le 15 décembre 2004 à la suite d'une visite effectuée par la troïka de l'UE au Népal, dans laquelle elle a exhorté les maoïstes à renoncer à la violence et à s'engager en faveur de la démocratie et des droits de l'homme et a condamné leurs violations considérables des droits de l'homme. L'UE demande une nouvelle fois aux maoïstes de mettre fin à leur culture de la violence et de l'intimidation, d’arrêter les violations des droits de l'homme et de revenir à la table de négociations. L'UE demande instamment à toutes les parties de reconnaître qu'il ne peut y avoir de solution militaire au conflit et de s'engager plutôt en faveur d'une approche commune en vue du rétablissement du dialogue et de la paix, fondée sur une solution négociée.

La Bulgarie et la Roumanie, pays en voie d'adhésion, la Turquie et la Croatie*, pays candidats, l'Albanie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie-Monténégro, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que  l'Ukraine, se rallient à cette déclaration.

* La Croatie continue à participer au processus de stabilisation et d'association.



Dernière mise à jour de cette page le : 10-06-2005

Haut de page Haut de page