Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > Jean-Claude Juncker pense qu'il serait souhaitable que les dirigeants européens trouvent un accord sur les perspectives financières lors du Conseil européen des 16 et 17 juin
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Jean-Claude Juncker pense qu'il serait souhaitable que les dirigeants européens trouvent un accord sur les perspectives financières lors du Conseil européen des 16 et 17 juin

Date de publication : 07-06-2005

Domaine politique : Affaires économiques et financières

Réunion : Conseil Affaires économiques et financières


Lors de la conférence de presse à l'issue du Conseil "Affaires économiques et financières", Jean-Claude Juncker, président en exercice du Conseil européen,  a déclaré avoir "exhorté" ses collègues de parler à leurs Présidents et Premiers ministres "sur un ton grave" des perspectives financières pour la période 2007 à 2013 qui devront être décidées par le Conseil européen des 16 et 17 juin 2005. "Nous avons eu le sentiment collectif", a dit Jean-Claude Juncker, "qu’après les difficultés majeures que l’Europe a accumulé sur les deux dernières semaines, il serait souhaitable que nous nous mettions d’accord sur les perspectives financières et sur l’encadrement budgétaire de nos politiques pour la période 2007 à 2013. (…) Si le Conseil européen pouvait se mettre – à quelques millimètres près – d’accord sur les propositions de la Présidence luxembourgeoise, il montrerait son sens des responsabilités et son bon sens. Par ailleurs, s’il ne devait pas être en mesure de le faire, viendra le jour où un autre Conseil européen se mettra exactement d’accord sur à peu près les mêmes réponses que la Présidence luxembourgeoise a fournies. Si tel est le cas, mieux vaut donner son accord aujourd’hui alors que l’Europe risque d’entrer en crise durable, au lieu de reporter à demain une bonne réponse qu’on pourrait déjà avoir aujourd’hui et en évitant à l’Europe de s’enliser dans une crise."


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 07-06-2005

Haut de page Haut de page