Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Mai 2005 > Jean-Claude Juncker au Sommet du Conseil de l'Europe: "Il faut mettre de l'ordre" dans l'architecture européenne
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Jean-Claude Juncker au Sommet du Conseil de l'Europe: "Il faut mettre de l'ordre" dans l'architecture européenne

Date de publication : 17-05-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : Participation de la Présidence au 3e Sommet du Conseil de l'Europe


Lors de son intervention le 17 mai 2005 au 3e Sommet du Conseil de l’Europe à Varsovie, le Premier ministre luxembourgeois et Président en exercice du Conseil européen, Jean-Claude Juncker, s’est exprimé sur l’architecture du continent européen.

En rappelant le 60e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, ainsi que la signature du Traité de Varsovie en 1955, le Premier ministre a souligné "l’opportunité du moment et l’opportunité de site" du 3e Sommet du Conseil de l’Europe, qui réunit aujourd’hui la grande famille européenne à Varsovie pour réfléchir à l’architecture de l’Europe.

Jean-Claude Juncker a fait allusion au travail précieux des trois grandes organisations européennes : l’OSCE qui s’occupe des "grands enjeux du continent concernant la dimension humaine, sécuritaire et économique" ; le Conseil de l’Europe qui "excelle dans le domaine normatif et privilégie les droits de l’homme" ; et l’Union européenne, active dans ces différents domaines et dont le traité constitutionnel complétera les compétences en matière de droits fondamentaux.

Le Premier ministre a regretté ouvertement la rivalité de compétences qui peut exister entre les trois institutions, et a souhaité "qu’il faut y mettre de l’ordre", en particulier pour éliminer "cette stupide rivalité" entre le Conseil de l’Europe et l’Union européenne. Les deux organisations doivent "évoluer en harmonie […] en organisant une coopération renforcée entre les deux", a par ailleurs insisté Jean-Claude Juncker.

Rappelons à ce propos que Jean-Claude Juncker a accepté "avec plaisir" la mission spéciale d’élaborer un rapport sur l’architecture européenne qui lui a été confiée par le Conseil de l’Europe sur proposition de la Présidence polonaise du Comité des ministres en la personne du Président, Aleksander Kwasniewski.


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 18-05-2005

Haut de page Haut de page