Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Tout savoir sur l'UE > Historique de l'UE
Imprimer cette page Envoyer cette page

Historique de l'UE

Le premier pas vers l’intégration européenne: la CECA

Assemblée CECA ,
ZoomAssemblée CECA

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe entière se retrouve dévastée et reléguée au second plan sur la scène internationale par la montée en puissance des États-Unis et de l'Union soviétique. Face aux rivalités croissantes des deux grandes puissances, plusieurs dirigeants de l’Europe occidentale jugent que seul un rapprochement politique et économique de leurs peuples peut garantir une paix durable. La coopération entre les Etats est considérée comme le meilleur moyen de prévention des conflits armés.

C’est en 1950 que Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, lance l'idée d'une Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA). À l’époque, le charbon et l’acier étaient les principales industries de guerre. La mise en commun de ces industries devait empêcher toute nouvelle guerre entre les voisins européens.

Établie en 1951, la CECA compte six Etats: l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Le pouvoir décisionnel est confié à la Haute Autorité. Présidée par Jean Monnet, la Haute Autorité devient ainsi la première instance supranationale indépendante en Europe.

Les Communautés européennes

Lors de la Conférence de Messine (1er et 2 juin 1955), les ministres des Affaires étrangères des "six" reconnurent que la logique interne de l’entreprise commencée en 1950 commandait à dépasser la CECA en étendant l’intégration à d’autres secteurs de l’économie.

En 1957, les six Etats fondateurs de l’intégration européenne signent les traités de Rome instituant la Communauté européenne de l'énergie atomique (CEEA ou Euratom) et la Communauté économique européenne (CEE). Les États membres s’emploient ainsi à abolir les barrières commerciales qui les séparent et à former un "marché commun".

En 1967, les institutions des trois communautés européennes fusionnent. A partir de ce moment, il n'y a plus qu'une Commission unique, un Conseil de ministres unique et l’Assemblée (Parlement européen). "Le triangle institutionnel", tel qu’on le connaît aujourd’hui, est né.

Elargissements successifs

Annonce élargissement ,
ZoomAnnonce élargissement

Le succès des Communautés européennes mène à l’adhésion du Danemark, de l'Irlande et du Royaume-Uni en 1973, suivis de la Grèce en 1981, de l'Espagne et du Portugal en 1986, de l'Autriche, de la Finlande et de la Suède en 1995.

En mai 2004, l'Union européenne célèbre un moment historique en s’étendant vers l’est de l’Europe. Dix nouveaux pays adhèrent à l’UE: Chypre, la République tchèque, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie.

La Bulgarie et la Roumanie prévoient de rejoindre l’Union en 2007, alors que la Croatie et la Turquie sont également candidates.



Dernière mise à jour de cette page le : 29-12-2004

Haut de page Haut de page