Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
  |  
 English version        
 

Téléchargement

Cliquer ici pour télécharger les photos des membres du gouvernement luxembourgeois

Chemin de navigation : Accueil > La Présidence luxembourgeoise > Les membres du gouvernement luxembourgeois > Jean-Claude Juncker
Imprimer cette page Envoyer cette page

Jean-Claude Juncker

Premier ministre
Ministre d'État
Ministre des Finances

Né le 9 décembre 1954 à Redange-sur-Attert dans l'ouest du Luxembourg, Jean-Claude Juncker passe son enfance et sa jeunesse dans le sud du pays, à Belvaux, où son père est employé dans une des grandes usines sidérurgiques. La vie dans cette région, le fief des mouvements socialiste et communiste luxembourgeois et comptant une forte population d'immigrés italiens et portugais, ne laisse pas indifférent le jeune élève qui, par les activités syndicales de son père au sein de la Confédération syndicale chrétienne luxembourgeoise, se familiarise rapidement avec les réalités du monde du travail.

Après avoir fait ses études secondaires à l'internat de Clairefontaine, en Belgique, et obtenu son baccalauréat au lycée Michel Rodange de Luxembourg en 1974, Jean-Claude Juncker s'inscrit à la faculté de droit de l'université de Strasbourg en 1975. Pendant quatre ans, il suit ses études "sans enthousiasme" ce qui ne l'empêche pas d'obtenir une maîtrise de droit en 1979. Il est assermenté comme avocat en février 1980 mais n'exerce, en fait, jamais ce métier. C'est également dans la métropole alsacienne que Jean-Claude Juncker rencontre sa future épouse, Christiane Frising.

Déjà politiquement engagé en tant que membre du Parti chrétien-social (Chrëschtlech Sozial Vollekspartei / CSV) depuis 1974 et ayant attiré l'attention de la direction du parti notamment par son talent d'orateur et son esprit d'analyse, il devient, en octobre 1979, le secrétaire parlementaire du parti. De là son ascension est fulgurante et quand un poste gouvernemental se libère en décembre 1982, le ministre des Finances de l'époque, Jacques Santer, obtient du Premier ministre Pierre Werner que le jeune Jean-Claude Juncker soit nommé, quelques jours avant son 28e anniversaire, secrétaire d'État au Travail et à la Sécurité sociale, deux fonctions correspondant à ses domaines politiques de prédilection.

En juin 1984, Jean-Claude Juncker est élu pour la première fois au Parlement luxembourgeois (Chambre des députés). Il est nommé ministre du Travail et ministre délégué au Budget du premier gouvernement de Jacques Santer.

En 1985, le Luxembourg exerce la Présidence du Conseil des Communautés européennes et Jean-Claude Juncker préside ainsi les Conseils "Affaires sociales" et "Budget". Cette période marque également le début de l'engagement résolument pro-européen de Jean-Claude Juncker, un engagement dû à la conviction intime que l'intégration européenne seule saura garantir une pacification définitive de l'Europe et éviter ainsi les drames et tragédies du passé que Jean-Claude Juncker connaît bien. En effet, son père a été enrôlé de force dans la Wehrmacht allemande pendant la Seconde Guerre mondiale et envoyé au front russe.

Après les élections législatives de juin 1989, Jean-Claude Juncker franchit une nouvelle étape de sa carrière politique lorsqu’il est nommé ministre des Finances et ministre du Travail. Le portefeuille des Finances étant traditionnellement considéré comme examen de passage obligatoire pour les futurs Premiers ministres luxembourgeois, tous les observateurs politiques du pays s'accordent à dire que Jean-Claude Juncker peut désormais être considéré comme le dauphin de Jacques Santer.

C'est d'ailleurs pendant la législature 1989-1994 que Jean-Claude Juncker va définitivement faire ses preuves d'homme politique et d'État hors du commun, aussi bien au niveau national qu'européen. En 1991, en tant que président en exercice du Conseil "Écofin", Jean-Claude Juncker devient un des principaux artisans du traité de Maastricht, notamment du volet touchant à l'Union économique et monétaire, dont il a rédigé lui-même de larges passages. C'est encore lui qui sauve les négociations sur l'UEM en mai 1991 lors d'une réunion informelle des ministres des Finances des Douze à Luxembourg, en créant le principe du "opting out" pour le Royaume-Uni. En février 1992, Jean-Claude Juncker est un des signataires du traité de Maastricht.

Et pourtant la carrière de Jean-Claude Juncker aurait pu connaître une fin dramatique en cette période. Après un grave accident de la circulation en automne 1989, il est dans un état critique et tombe dans le coma. Il n’en ressort que deux semaines plus tard.

Sur le plan national, Jean-Claude Juncker entame en 1992 les travaux préparatoires pour la plus grande réforme fiscale que le pays ait jamais connu. La réforme fiscale entre en vigueur le 1er janvier 1993.

Entre janvier 1990 et février 1995, Jean-Claude Juncker assume également la présidence du Parti chrétien-social.

En juin 1994, Jean-Claude Juncker est réélu au Parlement et garde ses fonctions de ministre des Finances et ministre du Travail. Le 20 janvier 1995, après la désignation du Premier ministre Jacques Santer comme président de la Commission européenne par le Conseil européen et sa confirmation à ce poste par le Parlement européen, Jean-Claude Juncker est nommé Premier ministre, ministre d'État par S.A.R. le Grand-Duc Jean. En tant que chef du gouvernement, il continue cependant à exercer les fonctions de ministre des Finances, ministre du Travail et de l'Emploi et ministre du Trésor.

Une fois à la tête du gouvernement, Jean-Claude Juncker innove en s'impliquant davantage dans la représentation du Luxembourg à l'étranger. Il effectue de nombreuses visites officielles et des visites de travail à travers le monde, emmenant souvent une importante délégation économique. Sous son impulsion, les liens politiques et économiques avec de nombreux pays sont intensifiés. Une importance particulière est accordée à la coopération au développement avec les pays cibles de la Coopération luxembourgeoise. Dès 2001, le Luxembourg se place parmi les cinq premiers pays les plus engagés en termes de coopération au développement, avec 0,8% de son PIB.

En décembre 1996, Jean-Claude Juncker devient le "héros de Dublin" d’après les titres de la presse internationale, en réussissant une médiation délicate entre le chancelier fédéral allemand, Helmut Kohl, et le président de la République française, Jacques Chirac, au sujet du pacte de stabilité accompagnant l'Union économique et monétaire.

La Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne au deuxième semestre 1997 fournit à Jean-Claude Juncker l'occasion de mettre en évidence ses ambitions pour une Europe plus sociale. Le Conseil européen extraordinaire sur l'Emploi, en novembre 1997, voit ainsi la naissance du processus de Luxembourg, obligeant les pays membres à soumettre annuellement un plan d'action en faveur de l'emploi et à remplir des critères quantifiés et vérifiables en termes de création d'emploi et de lutte contre le chômage.

Un mois plus tard, lors du Conseil européen de Luxembourg, l'Union européenne ouvre ses portes à l'élargissement vers l'est. Le même sommet voit la création de l'Euro 11, le groupe informel des ministres des Finances participant à l'Union économique et monétaire, rebaptisé Eurogroupe depuis.

En juin 1999, le Parti chrétien-social sort à nouveau vainqueur des élections législatives et Jean-Claude Juncker devient Premier ministre d’un gouvernement composé de représentants du Parti chrétien-social et du Parti démocratique qui met fin à une coalition gouvernementale de 15 ans entre le Parti chrétien-social et le Parti socialiste ouvrier luxembourgeois. Jean-Claude Juncker garde les portefeuilles des Finances et des Communications.

Le 6 juillet 2001, la faculté de philosophie de la Westfälische Wilhelms-Universität à Münster, en Allemagne, attribue à Jean-Claude Juncker le titre de docteur honoris causa. Le 14 avril 2003, il se voit également décerner le titre de docteur  honoris causa par l’université de Bucarest pour ses mérites dans la construction européenne. Depuis janvier 2004, Jean-Claude Juncker porte également le titre docteur  honoris causa de l'université de Thrace.

Le 5 février 2002, Jean-Claude Juncker est admis à l'ordre du grand officier de la Légion d'honneur par le président de la République française Jacques Chirac au palais de l'Élysée à Paris. Le chef d’État roumain Ion Ilescu lui remet, par ailleurs, le 13 avril 2003, la plus haute distinction honorifique de la Roumanie, les insignes de la grand-croix de l’Étoile, pour son soutien dynamique et infaillible à l’adhésion de la Roumanie à l’OTAN et à l’UE.

Enfin, Jean-Claude Juncker est, depuis mai 2003, citoyen d’honneur de la ville de Trèves et, depuis janvier 2004, citoyen d’honneur d’Orestiada, ville située au nord-est de la Grèce dans la région de Thrace.

Le 31 juillet 2004, Jean-Claude Juncker est reconduit dans ses fonctions de Premier ministre, ministre d'État, ministre des Finances dans le gouvernement issu des élections législatives du 13 juin 2004 où il a obtenu un score personnel record. Le gouvernement qu'il préside à partir de cette date est composé du Parti chrétien-social (Chrëschtlech Sozial Vollekspartei / CSV) et du Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (Lëtzebuerger Sozialistesch Arbechterpartei / LSAP).

Lors de la réunion de l’Eurogroupe à Scheveningen, le 10 septembre 2004, le Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois Jean-Claude Juncker est élu premier président de la réunion informelle des ministres des Finances des pays membres de la zone euro. Jean-Claude Juncker est ainsi à partir du 1er janvier 2005 le premier président permanent de l’Eurogroupe. Son mandat s’achèvera le 31 décembre 2006.

Après avoir été gouverneur de la Banque mondiale de 1989 à 1995, Jean-Claude Juncker assume, par ailleurs, depuis 1995,  la responsabilité de gouverneur du Fonds monétaire international et de gouverneur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).



Dernière mise à jour de cette page le : 29-12-2004

Haut de page Haut de page