Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Déclarations PESC > Juin 2005 > Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne sur la réinstallation officielle des institutions fédérales transitoires en Somalie
Imprimer cette page Envoyer cette page

Déclaration PESC
Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne sur la réinstallation officielle des institutions fédérales transitoires en Somalie

Date de publication : 17-06-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures


L'Union européenne se félicite de la réinstallation officielle des institutions fédérales transitoires en Somalie, qui a commencé le 13 juin. Ces institutions doivent désormais relever le défi de définir leurs priorités et à mettre en place les structures de gouvernance nécessaire à la reconstruction d’un État viable. L'Union européenne est prête à apporter son soutien aux institutions fédérales transitoires qui retournent actuellement en Somalie.

L'Union européenne salue les efforts continuels visant à stabiliser Mogadiscio et se félicite du rôle de premier plan joué à cet égard par la société civile. Le plan de sécurisation et de stabilisation de Mogadiscio doit être approuvé dans le cadre d'un plan national. L'Union européenne est prête à apporter son soutien à un plan de sécurité national global et réaffirme sa volonté d'examiner les questions de sécurité dans le cadre du Comité de coordination et de suivi.

L'Union européenne rappelle la nécessité de continuer le processus de dialogue ouvert à tous et de réconciliation dans le cadre des institutions fédérales transitoires somaliennes. Ce processus ne devrait pas être entravé par ceux qui cherchent à déstabiliser l’Etat somalien, plutôt que de contribuer à sa reconstruction.

L'Union européenne exhorte vivement tous les membres des institutions fédérales transitoires à maintenir leur engagement en faveur du processus de paix en reconnaissant pleinement, sur base de la Charte fédérale transitoire, l'autorité de leurs diverses institutions transitoires (Parlement, gouvernement et présidence) et en s'engageant à résoudre leurs différends dans le cadre de celles‑ci. L'Union européenne ne serait pas disposée à dialoguer avec certaines parties en dehors du cadre des institutions fédérales transitoires, qui a été établi d'un commun accord.

L'Union européenne encourage le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et le premier ministre somalien à organiser dès que possible une réunion à haut niveau du Comité de coordination et de suivi à laquelle participeraient les plus hauts représentants institutionnels des institutions fédérales transitoires en vue d'examiner conjointement les questions politiques et la mise en œuvre des priorités immédiates des institutions fédérales transitoires dans le cadre du programme d'assistance rapide.

Le Comité de coordination et de suivi, mis en place par la conférence de Stockholm sur la Somalie, qui a eu lieu le 29 octobre 2004, et la déclaration de principes qui y a été adoptée, demeurent pour l'Union européenne le principal mécanisme de dialogue entre la communauté internationale et la Somalie. L'Union européenne espère rétablir une dynamique permettant au Comité de coordination et de suivi de demeurer l’enceinte pour le dialogue et la mobilisation de l'aide internationale en faveur de la Somalie.

La Bulgarie et la Roumanie, pays en voie d'adhésion, la Turquie et la Croatie*, pays candidats, l'Albanie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie‑Monténégro, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que l'Ukraine et la république de Moldavie, se rallient à la présente déclaration.

* La Croatie continue à participer au processus de stabilisation et d'association.



Dernière mise à jour de cette page le : 17-06-2005

Haut de page Haut de page