Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Déclarations PESC > Juin 2005 > Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne à l'occasion du 60ème anniversaire de Daw Aung San Suu Kyi
Imprimer cette page Envoyer cette page

Déclaration PESC
Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne à l'occasion du 60ème anniversaire de Daw Aung San Suu Kyi

Date de publication : 16-06-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures


L'Union européenne note que le 19 juin, Daw Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix, passera son soixantième anniversaire assignée à résidence, privée de contact avec sa famille, ses amis et ses collègues politiques. L'UE espère que ce sera le dernier anniversaire qu'Aung San Suu Kyi passera privée de liberté et elle demande instamment  au Conseil d'État pour la paix et le développement (SPDC) de la libérer immédiatement, de même qu' U Tin Oo et tous les autres prisonniers politiques. L'UE estime qu'une telle démarche contribuera à faciliter le dialogue et la réconciliation en Birmanie/au Myanmar. Tout comme Daw Aung San Suu Kyi, l'UE est favorable à une approche fondée sur le dialogue et la non-violence pour résoudre le problème politique déjà ancien que connaît la Birmanie/le Myanmar.

L'UE est particulièrement préoccupée par la situation actuelle en Birmanie/au Myanmar, et notamment par les attentats du 7 mai, qui ont coûté la vie à de nombreux innocents et qui ont favorisé l'instauration d'un climat d'insécurité.

L'UE, qui soutient l'intégrité territoriale de la Birmanie/du Myanmar, s'inquiète également du regain de tensions impliquant les nationalités, notamment l'État Shan et les Karens (KNU).

L'UE rappelle qu'elle est engagée à soutenir la réconciliation nationale, le respect des droits de l'homme et la démocratie en Birmanie/au Myanmar et elle invite le SPDC à nouer un véritable dialogue avec la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et avec les représentants des différentes ethnies, afin de trouver des solutions politiques pacifiques qui tiennent compte des préoccupations légitimes de ces derniers.

L'UE réaffirme son ferme engagement à apporter une réponse aux besoins des plus pauvres en Birmanie/au Myanmar, en particulier dans les domaines de la santé, de l’éducation et du développement local, ceci conformément à la position commune 2004/730/PESC du 25 octobre 2004.

La Bulgarie et la Roumanie, pays en voie d'adhésion, la Turquie et la Croatie*, pays candidats, l'Albanie, l'ancienne République yougoslave de Macédoine, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie-Monténégro, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que  l'Ukraine et la République de Moldavie, se rallient à cette déclaration.

* La Croatie continue à participer au processus de stabilisation et d'association.



Dernière mise à jour de cette page le : 16-06-2005

Haut de page Haut de page