Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Discours > Juin 2005 > Discours d’ouverture de la Conférence internationale sur l'Irak; par Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et de l’Immigration du Luxembourg, Président en exercice du Conseil de l’Union européenne
Imprimer cette page Envoyer cette page

Discours
Discours d’ouverture de la Conférence internationale sur l'Irak; par Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et de l’Immigration du Luxembourg, Président en exercice du Conseil de l’Union européenne

Date du discours : 22-06-2005

Lieu : Bruxelles

Orateur : Jean Asselborn

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : Conférence internationale sur l'Irak


Monsieur le Secretaire Général des Nations Unies,

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

Messieurs les Ministres,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

J’ai le grand plaisir de vous souhaiter la bienvenue à Bruxelles pour cette Conférence Internationale que j'ai l'honneur de présider ensemble avec ma collègue, la Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Madame Condoleezza Rice. L’importante  participation au niveau ministériel de la communauté internationale - ainsi que la participation de Son Excellence Monsieur le secrétaire général Kofi Annan, témoigne de l’intérêt profond et sincère que nous attachons au bien-être du peuple irakien et de notre solidarité avec ce pays.  La présence de nombreux Etats et organisations démontre l’engagement de la communauté internationale au soutien de la poursuite résolue du processus de transition défini par la résolution 1546.

J’adresse aussi mes chaleureuses salutations à Son Excellence le Premier Ministre Jaafari à qui incombe la lourde tâche de mener son peuple sur la voie de la démocratie et de l’Etat de droit. Je lui rends hommage, ainsi qu’au gouvernement de transition, pour leurs décisions courageuses et la détermination dont ils font preuve tous les jours.

Ayant récemment été à Baghdad, avec la troïka de l’Union européenne,  j’ai pu me rendre compte de visu de l’ampleur de la tâche qui les attend et des responsabilités qui sont les leurs.

Il me tient particulièrement à cœur de souligner ici la profonde émotion et la répulsion que m’inspirent les attentats terroristes qui frappent de manière impitoyable le peuple irakien. Les responsables de ces actes abominables ne cherchent nullement à réaliser les aspirations légitimes du peuple irakien mais à éliminer tout espoir de paix.

La Conférence d’aujourd’hui offre une opportunité importante pour l'Irak et le Gouvernement irakien de transition – issu des élections de janvier - de confirmer le retour de l'Irak dans la grande famille de la communauté internationale. Je me réjouis particulièrement d’accueillir parmi nous une si importante délégation du gouvernement irakien de transition ainsi que d’éminents représentants des différents partis politiques.

La Conférence intervient à un moment particulièrement crucial. Ne nous voilons pas la face : les défis sont nombreux. Nous sommes ici pour montrer à l'Irak, au peuple irakien, que nous sommes à leur côté dans cette période difficile de transition vers une pleine maîtrise de leur propre destin.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Notre objectif est clair : la reconstruction politique et économique de l’Irak, qui donnera à ce pays meurtri la paix, la stabilité, la démocratie et la prospérité. Pour réussir, il faut continuer sur la voie d’une approche résolument politique. Les Irakiens ont besoin d’un horizon politique visible et crédible pour retrouver l’espoir et se mobiliser de façon constructive pour réussir la transition politique. Les efforts en cours dans ce domaine feront l’objet de notre première session de travail.

Par le processus politique, la volonté de réconciliation l’emporte sur la logique de l’affrontement. C’est ainsi que toutes les composantes de la société irakienne pourront se faire entendre de façon pacifique.

Dans cet esprit, la promotion des droits de l’homme doit être au cœur des efforts de reconstruction étatique et nationale. Nous adhérons dans ce contexte pleinement à la méthode prônée par l’Irak et les Nations Unies qui est fondée sur un dialogue inclusif, aussi bien au plan national qu’au plan régional.

Au plan national, seul un processus inclusif peut permettre l’émergence d’un gouvernement souverain et représentatif de l’ensemble des composantes de la société irakienne, pluraliste et respectueux des droits et des libertés de tous. Dans la poursuite de ce dialogue et l’élaboration de la nouvelle constitution, nous appelons également de nos vœux un renforcement des responsabilités de l’organisation universelle des Nations Unies. La légitimité que celle-ci incarne, son impartialité et son expertise sont autant de raisons pour justifier un rôle véritablement central.

Au plan régional, un processus impliquant les voisins de l’Irak est un élément fondamental pour la stabilisation de la région, ceci aussi bien sur le plan politique que sécuritaire.

Sur le plan de la reconstruction économique, la mobilisation accrue de la communauté internationale passe aussi par la mise en place des mécanismes financiers, commerciaux et économiques transparents et efficaces qui caractérisent une économie moderne, intégrée dans les réseaux économiques mondiaux. Nous aurons l’occasion d’approfondir ces questions lors de notre deuxième session de travail.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’engagement de l’Union européenne pour le peuple irakien n’est pas un fait nouveau. Pendant les temps difficiles l’Union européenne a soutenu la population irakienne par ses programmes d’assistance humanitaire dans le but d’assurer les besoins les plus élémentaires de la population. Aujourd’hui les défis sont d’une autre nature et l’UE a choisi de concentrer son soutien sur le processus électoral et l’Etat de droit. Elle voudrait en outre contribuer activement au redressement économique de l’Irak.

Les Irakiens ont droit à la paix et à un avenir dans un Etat stable et prospère.  Nous participerons aux côtés du peuple irakien à la reconstruction de son pays et de ses institutions. La mission intégrée de l’UE sur l’état de droit constitue un premier pas concret dans cette direction.

L’expérience européenne de réconciliation et d’intégration peut dans ce contexte servir d’exemple. La paix ne se construira, en effet, que dans le respect des identités et des droits des peuples.

L’Union européenne se félicite de ce fait tout particulièrement du processus constitutionnel entamé et souhaite réitérer son soutien aux efforts déployés pour mener à bien ce processus qui devrait se solder par l’organisation d’élections à la fin de cette année. Tous les Irakiens doivent avoir leur voix dans le processus constitutionnel qui les concerne tous et qui engage leur avenir.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’objectif de notre conférence aujourd’hui est de consolider et de soutenir pleinement le processus en cours. Il s’agit de réaffirmer notre engagement en faveur de la voie tracée par la résolution 1546 dans le plein respect du calendrier prévu pour la transition.

La communauté internationale est déterminée à agir en ce sens aux côtés de l’Irak et du peuple irakien.

Je vous remercie de votre attention.


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 22-06-2005

Haut de page Haut de page