Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > Réunion informelle des ministres de la Culture
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Réunion informelle des ministres de la Culture

Date de publication : 27-06-2005

Domaine politique : Education, jeunesse, culture

Réunion : Réunion informelle des ministres de la Culture


A l’issue de la réunion informelle des ministres de la Culture de l’UE, les 26 et 27 juin 2005 à Luxembourg, Octavie Modert, Secrétaire d'État à la Culture, a résumé les travaux comme suit :

"La Présidence luxembourgeoise a travaillé beaucoup en culture. Nous avons eu la chance de pouvoir prouver et démontrer qu’il n’y pas de ‘standstill’ en Europe. Il y a toujours une volonté d’aller de l’avant. Il n’y a pas de lassitude concernant l’Europe, mais il y a toujours la volonté de la construire, de continuer à la construire, à la forger et de continuer à rendre l’union plus étroite entre les peuples. Mais la culture a beaucoup à contribuer à cet égard. Jean Monnet aurait dit ‘si l’Europe était à refaire, je commencerais par la culture.’ L’Europe n’est pas à refaire. Mais l’Europe est à redécouvrir et reste constamment à être redécouverte."

Octavie Modert a, par la suite, parlé des séminaires organisés à cette fin, par la Présidence luxembourgeoise de l’UE. Ils étaient au nombre de deux : le ‘Forum européen de la Culture : redécouvrir l’Europe’ et ‘Le Tourisme Culturel, un défi pour l’intégration européenne.’ Elle a poursuivi : "Nous souhaitions continuer à encourager une réflexion sur l’évolution culturelle et économique de ce secteur clé pour l’intégration européenne. Car comment mieux se connaître et se respecter mutuellement, qu’en se rendant dans les pays respectifs de l’UE."   Octavie Modert a ensuite présenté l’initiative conjointe de la France et du Luxembourg, qui consiste à mettre en place un itinéraire culturel des pères fondateurs de l’Europe. Cette initiative qui serait favorablement accueillie dans les autres quatre pays concernés. "C’est une initiative qui me semble particulièrement utile, à un moment où les citoyens européens souhaitent revenir ensemble sur l’origine et l’histoire de l’intégration européenne, pour exercer une identité européenne."

Octavie Modert a ensuite élaboré sur l’initiative 'Capitale de la culture européenne', qui selon ses mots est "une des réalisations les plus tangibles et connues de l’Europe de la Culture."

Toujours selon Octavie Modert "une des leçons de notre présidence est que l’Europe est en train d’apprendre toujours et que nous devons être conscients qu’il faut être à l’écoute de la société civile. L’Europe ne peut devenir la cause commune de tous les Européens, si les citoyens et les citoyennes ne se sentent pas concernées directement par le projet européen. Quoi de plus naturel que de rependre le domaine culturel comme argument à l’appui. La culture est censée nous rapprocher. La culture se prête à une meilleure connaissance l’un de l’autre. A nous maintenant de nous rapprocher dans notre action quotidienne politique, fédératrice et créatrice d’une certaine identité européenne. Là nous allons procéder dans l’intérêt de la subsidiarité, mais aussi, par la diversité, diversité dans l’unité, qui est un des fondements de la future constitution européenne. Tout ceci va dans le sens de la subsidiarité. Une subsidiarité qui continue à être un des fondements de l’action culturelle en Europe. Il y a des enseignements qui peuvent servir d’un point de vue européen et communautaire et converger vers les niveaux nationaux."

Les conclusions que les ministres ont tirées à cet égard concernent les industries culturelles, notamment l’industrie de la musique et du livre. "Nous avons constaté que les industries culturelles sont un fer de lance de l’économie du futur, et qu’elles jouent un rôle indispensable dans la production et la diffusion de la création artistique. Dans la stratégie de Lisbonne, la culture joue un rôle clé en tant qu’industrie créatrice."

Les ministres se sont également penchés sur la politique et la qualité architecturale architecturelle. Ils ont constatés, selon les mots d’Octavie Modert, un "engagement et un soutien, et du côté du gouvernement et du côté de l’architecture, pour une responsabilité commune pour créer un cadre de vie, qui peut fournir des bons exemples à travers toute l’Europe, de cadres de vie qui soient vivables, et qui respectent la diversité des peuples."

Octavie Modert a également parlé du lancement prochain d’un nouveau programme de la préservation digitale du patrimoine. 

Toutes ces initiatives organisées par la Présidence luxembourgeoise ont amené Octavie Modert a conclure, "qu’il est clair que le fait culturel est un axe de la construction européenne. Il est aussi clair, qu’identité nationale d’un côté, et racines communes de l’autre ne sont pas opposées - bien au contraire. La politique culturelle est une politique à part entière. Ce qui nous importe surtout, à travers ces réalisations très concrètes, c’est d’achever une connaissance et une compréhension mutuelle ainsi qu’un dialogue entre les populations et les civilisations. Ce dialogue est un élément de démocratie très important. Les gens ne sont pas toujours conscients du rôle que la culture joue dans le rapprochement des peuples."    


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 27-06-2005

Haut de page Haut de page