Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > Déclaration de l'UE et des Etats-Unis sur la coopération en vue de promouvoir la démocratie et de soutenir la liberté, l'Etat de droit et les droits de l'Homme dans le monde
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Déclaration de l'UE et des Etats-Unis sur la coopération en vue de promouvoir la démocratie et de soutenir la liberté, l'Etat de droit et les droits de l'Homme dans le monde

Date de publication : 20-06-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : Sommet Union européenne - Etats-Unis d'Amérique


1. L'Union européenne et les États-Unis pensent que la généralisation d'un mode de gouvernement fondé sur la responsabilisation et la représentativité, de l'État de droit et du respect des droits de l'homme tels qu'ils sont consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme constitue une priorité stratégique et une obligation morale. Nous continuerons à coopérer pour faire progresser ces priorités partout dans le monde.

2. L'action des Nations Unies est capitale pour la démocratie et les droits de l'homme. Nous nous félicitons des propositions avancées par M. Kofi Annan pour réaffirmer l'engagement des Nations Unies à cet égard et renforcer son efficacité dans ces domaines. Nous attachons en particulier beaucoup d'importance aux initiatives prises par le Secrétaire général des Nations Unies afin de réformer les mécanismes de l'ONU en matière de droits de l'homme et de créer une commission pour la consolidation de la paix. Nous nous engageons à soutenir la mise en place d'un fonds des Nations Unies pour la démocratie, afin d'aider les pays à renforcer la société civile et les institutions démocratiques.

3. Nous exprimons notre admiration à l'égard de tous ceux qui se consacrent à la défense de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme, bien souvent en prenant de graves risques pour eux-mêmes, et nous promettons de les soutenir.

4. Nous jugeons encourageants les efforts entrepris par de nombreux gouvernements pour ouvrir leurs sociétés et leurs systèmes politiques. Convaincus que le processus de réforme démocratique mérite notre soutien, nous assurons de notre solidarité et de notre appui tous ceux qui oeuvrent en faveur de la démocratie dans le monde, que ce soit en Ukraine, en Géorgie, au Kirghizistan, au Liban, en Iraq, en Afghanistan ou ailleurs. Nous continuerons de défendre le pluralisme et le développement de la société civile et nous encourageons la participation des femmes et des minorités à la vie politique.

5. Des élections libres et régulières sont vitales pour la démocratie. Nous saluons les très nombreux citoyens qui, par milliers, ont participé à l'organisation et à l'observation des élections dans leur propre pays ou à l'étranger. Nous nous engageons à soutenir le travail des Nations Unies lorsqu'elles apportent leur concours à l'organisation d'élections et nous coopérerons au sein des instances multilatérales pour renforcer encore les normes internationales en matière d'élections et pour étendre la mise en oeuvre de mécanismes d'évaluation des pratiques électorales qui soient objectifs et équitables. Nous soutenons les principes d'une organisation et d'une observation impartiales et transparentes des élections et saluons les efforts déployés à cet égard par diverses organisations régionales comme l'OSCE ou par la société civile. Nous continuerons de contribuer à la tenue d'élections libres et régulières dans des pays qui ont engagé, ou désirent engager, un processus de transition démocratique, notamment en Afghanistan, en Haïti, en RDC, en Iraq et dans les territoires palestiniens.

6. La démocratie ne se résume pas à des élections: elle doit reposer sur des institutions démocratiques, la séparation des pouvoirs, les droits de l'homme, l'État de droit, la tolérance, la bonne gouvernance et la justice. L'assistance que nous apportons aux pays tiers intègre de plus en plus la nécessité de soutenir la démocratie sous tous ces aspects.

7. Nous avons étroitement collaboré pour créer une Europe sans division, libre et en paix: tant l'UE que l'OTAN continuent, comme par le passé, de jouer un rôle important à cet égard. Nous sommes convaincus que le processus de réforme en cours dans les Balkans favorisera l'intégration réussie de la région dans l'Europe. La politique européenne de voisinage et l'appui des États-Unis à la transition démocratique et économique conforteront la stabilité, la prospérité et l'esprit de partenariat. Nous continuerons plus particulièrement à coordonner nos efforts pour promouvoir la démocratie, l'État de droit et le respect des droits de l'homme en Biélorussie.

8. La volonté de réforme va grandissant au Moyen-Orient; nous en sommes les témoins et nous félicitons des récentes avancées démocratiques. Le bon déroulement d'élections démocratiques a pu être assuré dans les territoires palestiniens, en Iraq et au Liban. Nous savons l'importance d'élections transparentes et régulières et la nécessité de faire progresser la liberté et les perspectives d'avenir dans toute la région. Nous réaffirmons les engagements pris à Dromoland et à Sea Island, ainsi que notre soutien au Forum pour l'avenir et à d'autres volets de l'initiative du G8 en faveur du Moyen-Orient élargi et de l'Afrique du Nord. Conscients que la menace d'un conflit peut saper les réformes démocratiques, nous sommes déterminés à aider ceux qui oeuvrent à la résolution des conflits, au Moyen-Orient et ailleurs.

9. Les États-unis et l'UE ont encouragé le développement d'institutions démocratiques dans de nombreux pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Nous prenons acte des contributions importantes apportées par les organisations régionales et multilatérales, ainsi que des initiatives telles que la "communauté de démocraties", afin de promouvoir la démocratie et le respect des droits fondamentaux de l'homme.

10. Nous reconnaissons que, du fait des différences historiques, culturelles et sociétales, les chemins qui seront suivis pour instaurer la démocratie et l'État de droit seront différents et que les systèmes de gouvernement qui en résulteront le seront aussi, en fonction des traditions et préférences locales. Même si elle est fondée sur des valeurs universelles, la démocratie ne sera pas uniforme. Toutefois, l'aspiration à la justice, à la liberté, au respect des droits de l'homme et à une conduite responsable et représentative des affaires publiques est quant à elle universelle. À long terme, seuls les systèmes capables de répondre aux souhaits des citoyens qu'ils dirigent pourront parvenir à la stabilité politique.


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 28-06-2005

Haut de page Haut de page