Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > Marie-Josée Jacobs revendique le renforcement du processus communautaire d’inclusion sociale
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Marie-Josée Jacobs revendique le renforcement du processus communautaire d’inclusion sociale

Date de publication : 13-06-2005

Domaine politique : Emploi, politique sociale, santé, consommation


Dans le cadre d’une conférence à haut niveau organisée à Luxembourg par la Présidence luxembourgeoise, avec le soutien de la Commission européenne, 250 experts et acteurs issus des 25 Etats membres de l’Union européenne, des pays adhérents et des pays candidats discutent les 13 et 14 juin 2005 un rapport qui a pour sujet le renforcement du processus communautaire d’inclusion sociale.

Les auteurs de ce rapport, commandité par la Présidence luxembourgeoise, sont Sir Tony Atkinson (Nuffield College, Oxford, UK), Bea Cantillon (Université d’Anvers, Belgique), Eric Marlier (CEPS/INSTEAD, Luxembourg) et Brian Nolan (ESRI, Irlande).

Le rapport explore le positionnement du processus communautaire d’inclusion sociale dans le cadre de la stratégie de Lisbonne recentrée et formule des recommandations concrètes sur la mise en œuvre et le développement des divers acquis de ce processus (objectifs quantifiés, indicateurs sociaux, plans d’action nationaux).

Il analyse notamment la façon dont les Etats membres et la Commission européenne pourraient  améliorer de manière significative le suivi des politiques d’inclusion ainsi que l’échange de bonnes pratiques  dans le domaine du "social monitoring". 

Les conclusions de la conférence constitueront une contribution-clé pour le rapport d’évaluation de la méthode ouverte de coordination dans le domaine de la politique sociale que la Commission européenne dressera en novembre 2005.

Lors de son discours d’ouverture de la conférence, Marie-Josée Jacobs a rappelé que le recentrage de la stratégie de Lisbonne fut accompagné de vives inquiétudes quant  à  la place réservée au pilier social.

Elle a félicité les  auteurs du rapport pour avoir  choisi de mettre en évidence le point 36 des conclusions du Conseil européen de printemps 2005 qui retient sans équivoque que  : "La  politique d’inclusion sociale doit être poursuivie par l’Union et les Etats membres avec son approche multidimensionnelle".

Elle a déclaré : "Comment pourrait-on douter de cette nécessité alors que 15% de la population de l’Union européenne sont exposés au risque de pauvreté et alors qu’un quart des personnes exposées au risque de pauvreté exercent une activité professionnelle !

S’il est indiqué d’intensifier nos efforts pour plus de croissance et plus d’emploi, nous ne devons pas fermer les yeux devant la réalité  : il n’y a pas de lien mécanique entre croissance économique et cohésion sociale.

Si nous réussissons à  donner un nouvel élan à la croissance, les catégories sociales les plus vulnérables de notre société n’en profiteront pas automatiquement.

Plutôt que d’escompter que nos initiatives visant à promouvoir la croissance et l’emploi atteindront les plus défavorisés, nous devons continuer à prendre le mal à la racine c’est-à-dire renforcer aussi les politiques menées dans le cadre du processus inclusion sociale."




Dernière mise à jour de cette page le : 13-06-2005

Haut de page Haut de page