Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > François Biltgen à la réunion informelle des ministres européens du Travail et des Affaires sociales à Genève: "Trouver le juste équilibre entre liberté économique et protection sociale"
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
François Biltgen à la réunion informelle des ministres européens du Travail et des Affaires sociales à Genève: "Trouver le juste équilibre entre liberté économique et protection sociale"

Date de publication : 10-06-2005

Domaine politique : Emploi, politique sociale, santé, consommation


Le 9 juin 2005, le ministre du Travail et de l’Emploi, François Biltgen, en sa qualité de président en exercice du Conseil "Emploi, politique sociale, santé et consommateurs" (EPSCO), a présidé à Genève la réunion informelle des ministres européens du Travail et des Affaires sociales.

La réunion était placée sous le thème de "l’internationalisation de l’emploi: un défi pour une mondialisation juste" et était organisée dans le cadre de la Conférence internationale du travail de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui se déroule actuellement à Genève. Elle a rassemblé les ministres des 25 États membres de l’Union européenne, des pays adhérents, la Bulgarie et la Roumanie, et des pays candidats, la Croatie et la Turquie.

Devant une importante délégation de journalistes, le ministre François Biltgen a présenté ses vues sur les sujets à l'ordre du jour de la réunion. Le président du Conseil EPSCO est parti de deux constats principaux : d’abord la peur généralisée des citoyens en Europe de perdre leur emploi ou d’être confrontés à une précarisation des relations de travail. A ceci s’ajoute une perte de confiance dans les institutions de toute nature, a reconnu François Biltgen.

"Cette peur et la perte de confiance sont en partie liées à la mondialisation", a noté le ministre, avant d’ajouter que "la globalisation n’est pas toujours une mauvaise chose." A son avis, la globalisation n’est pas nouvelle, mais a changé de nature : elle peut avoir des retombées économiques positives, mais celles-ci ne sont pas toujours réparties équitablement, ni au niveau des pays ou des régions, ni entre les individus.

Face à ces constats, François Biltgen a tiré quatre conclusions principales :

  • Premièrement, il a réaffirmé l’importance de la responsabilité sociale des entreprises et du dialogue social. "Il est nécessaire de former des auditeurs sociaux pour assurer une meilleure mise en œuvre et un suivi constructif de ces éléments;"
  • Ensuite, il s’agit de trouver le juste équilibre entre, d’une part, la liberté économique nécessaire pour assurer une croissance économique et, d’autre part, la protection sociale indispensable pour la dignité du travail et de la vie;.
  • Dans ce contexte, il faut donner vie à la notion de "flexicurity" (flexibility + security) et favoriser le passage de la "job security" vers la "employment security;"
  • De plus, il faut "anticiper les restructurations d’entreprises par plus d’adaptabilité, de mobilité et de formation tout au long de la vie."

Vu l’internationalisation de l’emploi, il est nécessaire aussi de réfléchir au rôle des acteurs internationaux dans la poursuite de l’objectif du travail décent, a affirmé le ministre Biltgen. Ainsi, le rôle de l’Union européenne pourrait être celui de fournir des exemples de bonnes pratiques. Vu son caractère universel et tripartite et vu surtout sa longue expérience, l’OIT pourrait de son côté jouer le rôle de passerelle entre l’Union européenne et les autres régions du monde.

Finalement, afin de faire de la politique sociale un élément à part entière de la mondialisation, une coopération permanente en la matière entre toutes les institutions internationales de la famille onusienne s’impose, a conclu le ministre du Travail et de l’Emploi.



Dernière mise à jour de cette page le : 10-06-2005

Haut de page Haut de page