Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > Nicolas Schmit au Parlement européen : "La conclusion d’un accord politique sur les perspectives financières en juin est la meilleure façon d’envoyer un signal positif"
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Nicolas Schmit au Parlement européen : "La conclusion d’un accord politique sur les perspectives financières en juin est la meilleure façon d’envoyer un signal positif"

Date de publication : 07-06-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : Session plénière du Parlement européen


Le ministre délégué aux Affaires étrangères et à l’Immigration Nicolas Schmit est intervenu le 7 juin en session plénière du Parlement européen à Strasbourg, à l’occasion de la présentation du rapport du Parlement européen sur les défis politiques et les moyens budgétaires de l’Union européenne élargie pour la période 2007-2013.

Lors de son intervention, Nicolas Schmit a souligné l’importance que la présidence accorde à la conclusion d’un accord politique sur les perspectives financières 2007-2013, lors du Conseil européen des 16 et 17 juin 2005 : "La Présidence luxembourgeoise accorde la priorité absolue au maintien d’un dialogue ouvert et sans réserve avec le Parlement européen sur cette question, qui est l’une des plus importantes auxquelles l’Union est actuellement confrontée. Elle intervient à un moment où l’Union européenne n’a pas de droit à l’échec. La présidence demeure résolue à parvenir à un accord lors du prochain Conseil européen. Rien ne devrait nous détourner de l’important objectif qui consiste à faire en sorte que l’Union dispose de ressources adéquates pour accomplir les tâches qui l’attendent ces prochaines années."

Face aux interrogations sur l’avenir de l’Union européenne, après les référendums en France et aux Pays-Bas, Nicolas Schmit a rappelé que "la conclusion d’un accord en juin est la meilleure façon d’envoyer un signal positif et le seul moyen pour que le niveau de ses ressources soit connu suffisamment à l’avance pour que les différents instruments et programmes législatifs soient adoptés et mis en œuvre en temps voulu. L’Union européenne doit montrer qu’elle garde sa pleine capacité de décision, qu’elle reste capable de parvenir à des compromis dans une matière aussi décisive pour son bon fonctionnement."

Ainsi, Nicolas Schmit a notamment affirmé que "la présidence est consciente du fait que le Conseil européen des 22 et 23 mars 2005 a fixé des objectifs ambitieux pour la relance de la stratégie de Lisbonne. Ces objectifs doivent aussi se traduire en moyens financiers additionnels, en particulier dans les domaines de la compétitivité et de l’emploi, de la recherche et du développement, ainsi que pour accompagner les réformes sociales."

Quant à l’état actuel des négociations au Conseil de l’Union européenne, Nicolas Schmit estime que "la présidence a proposé un certain nombre de modifications à apporter aux mécanismes d’allocation des fonds pour la politique de cohésion. Elle a adopté une approche fondée sur le principe de solidarité, en veillant à ce que les ressources soient concentrées sur ceux qui en ont le plus besoin. Je sais que certains pays, certaines régions, ne sont pas toujours satisfaits. La présidence est à leur écoute, mais si des ajustements sont toujours possibles, et nous y travaillons jour après jour, nos contraintes sont telles que la marge de manœuvre est assez limitée."


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 07-06-2005

Haut de page Haut de page