Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Juin 2005 > Octavie Modert au Forum des Nations unies sur les forêts
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Octavie Modert au Forum des Nations unies sur les forêts

Date de publication : 01-06-2005

Domaine politique : Environnement


La cinquième session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF-5) s’est réunie du 16 au 27 mai 2005 au siège des Nations Unies à New York pour traiter de l'évaluation des progrès accomplis et pour procéder à l'examen des actions futures à entreprendre, à l'évaluation de l'efficacité de l'arrangement international sur les forêts (AIF), à l'examen des paramètres du mandat consistant à élaborer un cadre juridique applicable à tous les types de forêts, et à l'examen des voies et moyens d'améliorer la coopération et la coordination des politiques et des programmes. L’AIF est un arrangement international composé du Forum politique des Nations Unies (FNUF) et du Partenariat de Collaboration des Forêts (PCF) qui regroupe 14 organisations internationales travaillant dans le domaine de la forêt sous la guidance de la l'Organisation des Nations unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO) et dont l’objectif consiste à œuvrer pour la protection, la conservation et la gestion durable de toutes les forêts, ainsi que de promouvoir l’engagement politique à l'égard des forêts.

Le Luxembourg, qui a mené au titre de la Présidence du Conseil de l'UE les négociations pour le compte des 25 Etats membres de l’Union européenne, y était représenté par Octavie Modert, Secrétaire d’Etat à l’Agriculture, la Viticulture et le Développement rural, accompagnée de Frank Wolter, Directeur adjoint de l’Administration des Eaux et Forêts.

Se basant sur les conclusions du Conseil Agriculture du 26 avril 2005, la Présidence avait un mandat de négociation très clair et précis, préconisant un renforcement de l’Arrangement International des Forêts actuel, l’établissement d’objectifs clairs, quantifiables et dotés d’une date butoir concernant le maintien du couvert forestier, la gestion durable des forêts et la contribution aux Objectifs du Millénaire, ainsi qu’une préférence pour demander la négociation d’un instrument juridiquement contraignant sur tous les types de forêts (convention, traité, protocole, …).

Lors du débat ministériel de haut niveau du FNUF-5, les ministres et les responsables des organisations internationales et plus particulièrement ceux du Partenariat de Collaboration sur les Forêts ont souligné la contribution des forêts et du secteur forestier à la réalisation des objectifs de développement convenus au niveau international, y compris ceux énoncés dans la Déclaration du Millénaire. Parmi les liens évoqués, ce sont surtout les plus directs qui ont été débattus, c’est-à-dire ceux qui se rapportent à l’élimination de l’extrême pauvreté et de la faim, à la santé, à l’environnement durable, aux modes de consommation et de production durables et à l’énergie. Dans ce contexte, la viabilité écologique, la bonne gouvernance et l’importance des programmes forestiers nationaux, le rôle de la société civile et l’efficacité de l’aide publique au développement (APD) ont été soulignés.

Au cours des tables rondes sur la restauration des forêts et la gouvernance, Octavie Modert a exposé les actions entreprises par l'UE dans le domaine de la foresterie, mettant en relief la restauration des forêts, en tant que partie intégrante de la politique forestière européenne, ainsi que le plan d’action de l’UE pour une meilleure application des réglementations forestières, la gouvernance et le commerce (FLEGT). Octavie Modert a en outre rappelé que l’actuel Arrangement International sur les Forêts n’a pas réussi à traduire les recommandations du Forum en actions sur le terrain et a plaidé pour un changement conséquent de cet arrangement.

Lors des négociations, la résidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE a maintenu une position ferme quant à la nécessité de développer un instrument juridique pour tous les types de forêts, et de fixer des objectifs globaux concernant la gestion et la protection des forêts. Ces objectifs visaient, à l’horizon 2015, à enrayer la déforestation et la dégradation des forêts, à augmenter la proportion de forêts gérées selon le principe de la gestion durable et à lutter contre la pauvreté des populations dépendant des forêts. Nonobstant le fait que d’autres délégations se sont ralliés à la position de l’Union européenne, et notamment le Canada, la Suisse, la Norvège, la Corée du Sud et le Mexique, et malgré des efforts considérables de la part de l’UE en vue d’aboutir à un compromis, ces revendications ont été fermement opposées notamment par le Brésil, l’Inde et les US.

C’est ainsi qu’à une journée de la fin du forum, il semblait évident que l’Arrangement International sur les Forêts actuel sortirait affaibli de cette session au cas où l’UE et ses alliés abandonneraient leur position ferme.

Finalement, suite à une demande d’arrêt des négociations par les Etats-Unis à la veille de la clôture de la réunion, il a été décidé de reporter le mandat du FNUF-5 au FNUF-6 qui se réunira en janvier/février 2006, et de transférer le texte provisoire des négociations sous parenthèse à la prochaine session.

Le Forum a cependant tenu à communiquer au Sommet du Millénaire des Nations Unies qui se tiendra à New York en septembre 2005 l’importance vitale que revêtent les forêts et le secteur sylvicole et leur production durable dans le contexte universel du développement des pays moins avancés et de leur population.



Dernière mise à jour de cette page le : 01-06-2005

Haut de page Haut de page