Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Mai 2005 > Les ministres de l'Education ont discuté des nouveaux indicateurs d'évaluation, du plurilinguisme dans l'enseignement et des lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Les ministres de l'Education ont discuté des nouveaux indicateurs d'évaluation, du plurilinguisme dans l'enseignement et des lignes directrices intégrées pour la croissance et l'emploi

Date de publication : 24-05-2005

Domaine politique : Education, jeunesse, culture

Réunion : Conseil Éducation, jeunesse et culture


Le Conseil "Education", a adopté le 24 mai 2005, sous présidence de la ministre luxembourgeoise de l’ Éducation nationale et de la Formation professionnelle Mady Delvaux-Stehres les conclusions concernant les nouveaux indicateurs en matière d’éducation et de formation.

"La stratégie de Lisbonne, qui vise à faire de l’Union européenne l’économie de la connaissance la plus dynamique et la plus compétitive du monde d’ici 2010, réserve à l’éducation une place de choix," a lancé Mady Delvaux-Stehres. Dans cette optique, s’explique la nécessité accrue de disposer d’indicateurs et de statistiques comparables et de qualité pour l’évaluation et la comparaison des différents systèmes éducatifs. "Ces conclusions reconnaissent ce fait et soulignent la nécessité d’utiliser au mieux les données et indicateurs existants et de renforcer la coopération avec les organisations internationales actives dans ce domaine afin d’éviter le double emploi et d’améliorer la cohérence des données collectées par différentes enceintes," a déclaré la ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Elles constituent "aussi un outil utile dépassant Lisbonne et l’horizon 2010 qui doit nous permettre de mesurer les efforts de nos politiques nationales en les comparant les unes aux autres et avec d’autres pays non membres de l’UE" a ajouté la ministre.

Mady Delvaux-Stehres a également informé le Conseil d’une conférence sur l’enseignement plurilingue qui s’est tenue dans le cadre de la Présidence les 10 et 11 mars à Luxembourg. La conférence intitulée "L'évolution de l'enseignement en Europe - Le plurilinguisme ouvre de nouvelles perspectives" a plus précisément analysé la méthode d’enseignement CLIL-EMILE : Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (Content and Language Integrated Learning). La conférence a conclu sur le besoin d’attirer davantage l’attention sur la méthode EMILE. Cette dernière peut contribuer à la prospérité individuelle et collective et renforcer la cohésion sociale. Elle présente donc un outil pratique pour promouvoir la citoyenneté européenne en augmentant la mobilité des étudiants et des travailleurs. Une nécessité pour des organes promoteurs contribuant à l’introduction, le développement, la co-ordination et l’extension de l'EMILE, a été reconnue ainsi que la formation spécifique des enseignants. Aussi faut-il encourager l’échange de donnés scientifiques et de bonnes pratiques au niveau européen. Les participants de la conférence ont conclu qu’une grande variété de langues pourraient être promues à travers cet outil.

Le Conseil a eu un échange de vues sur les lignes directrices intégrées pour la croissance et l’emploi. Sur base d’un questionnaire préparé par la Présidence, les ministres se sont exprimés sur le rôle de l’éducation et de la formation dans les lignes directrices intégrées, du point de vue économique et social. Ils ont aussi examiné les possibilités d’assurer la participation active des ministres de l’Éducation dans la stratégie de Lisbonne révisée et dans la poursuite du programme de travail "Éducation et Formation 2010" aux niveaux national et européen. La ministre a observé que "l’éducation et la formation ont une contribution importante à réaliser en matière de cohésion sociale." Elle a constaté que les ministres se sont félicités que l’éducation figure dans les lignes directrices intégrées et que c'est un pas en avant par rapport aux lignes directrices antérieures. Pourtant l’éducation, à coté de son rôle dans l’activité économique, a également une mission culturelle et sociale. En ce sens, le programme de travail "Education et Formation 2010" garde toute son importance.

Sous le point "divers", trois informations étaient à l'ordre du jour

  •  une information du commissaire Jan Figel, "Mobiliser les cerveaux européens : permettre aux universités de contribuer pleinement à la stratégie de Lisbonne" sur le rôle des universités.
  • une information de la délégation polonaise sur le séminaire du Conseil de l'Europe "Enseigner la mémoire" qui s'est tenu les 4 et 5 mai 2005 à Cracovie.
  • une information de la délégation française sur une initiative en matière de lutte contre l'antisémitisme et le racisme.


La session "Jeunesse" s'est terminée sur une brève présentation du programme de la future Présidence britannique et sur les remerciements adressés à la ministre de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle pour les progrès accomplis sous la Présidence luxembourgeoise.


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 24-05-2005

Haut de page Haut de page