Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Mai 2005 > Les élections présidentielles iraniennes et la question nucléaire à l’ordre du jour du Conseil de l’UE
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Les élections présidentielles iraniennes et la question nucléaire à l’ordre du jour du Conseil de l’UE

Date de publication : 23-05-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : Conseil Affaires générales et relations extérieures


Le Conseil "Affaires générales et relations extérieures" a discuté, sous la présidence de Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères, de l’Iran. Le président Asselborn a déclaré à ce sujet :

"Le Conseil a discuté l’élection présidentielle qui aura lieu le 17 juin prochain, ainsi que l’annonce du Conseil des gardiens du 22 mai sur les candidatures qui seront retenues. Le Conseil a, dans ce contexte, rappelé sa déception quant à la décision du Conseil des gardiens en février dernier de ne pas autoriser un grand nombre de candidats, dont de nombreux réformistes, à se présenter aux élections législatives. Les ministres ont regretté que le Conseil des gardiens a de nouveau décidé de seulement approuver des candidats représentant un champ limité d’orientations politiques, rendant ainsi difficile l’expression d’un véritable choix démocratique par le peuple iranien.

Nous avons aussi analysé les derniers développements dans le domaine nucléaire. Les 25 ont confirmé leur soutien aux négociations en cours entre l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, avec l’appui du Haut Représentant/Secrétaire Général, et les Iraniens. Il a dans ce contexte été réaffirmé que l’Iran doit respecter les engagements pris en novembre dernier sous l’Accord de Paris. Il ne peut y avoir d'entorses à ces engagements. Le développement des relations entre l'UE et l'Iran en dépend également. Cela doit être très clair."


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 23-05-2005

Haut de page Haut de page