Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Mai 2005 > Réunion de la troïka ministérielle à Pékin à l’occasion du 30e anniversaire des relations UE-Chine
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
Réunion de la troïka ministérielle à Pékin à l’occasion du 30e anniversaire des relations UE-Chine

Date de publication : 11-05-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : UE-Chine (troïka)


Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil de l’Union européenne, dirigeait la délégation européenne lors de la réunion de la troïka ministérielle entre l’UE et la Chine le 11 mai 2005 à Pékin.

La République populaire de Chine était représentée par son ministre des Affaires étrangères, Li Zhaoxing. Du côté européen, la commissaire chargée des Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, a également participé aux entretiens.

La troïka européenne a rencontré le Premier ministre Wen Jiabao avant ses entretiens avec le ministre Li Zhaoxing.

A l’issue de la troïka ministérielle UE-Chine, Jean Asselborn a fait la déclaration suivante :

"C’est un grand honneur pour moi de diriger aujourd’hui, à Pékin, la troïka de l’UE  à l’occasion de la célébration du 30e anniversaire de nos relations diplomatiques. C’est également la toute première fois que la troïka se réunit à l’échelon ministériel à Pékin. Je suis donc particulièrement heureux de déclarer que nous avons eu des discussions très ouvertes et fructueuses lors de notre réunion d’aujourd’hui.

Nous avons discuté des derniers développements en Chine et dans la région, ainsi que des relations entre l’Union européenne et la Chine. Ces relations ont connu un développement significatif à tous les égards ces dernières années et nous espérons accomplir de nouveaux progrès sur l’ensemble des facettes de notre relation.

J’ai réitéré l’attachement de l’Union européenne à la politique de la "Chine unique" et au règlement pacifique des différends, qui est le seul moyen de maintenir la stabilité dans le détroit de Taiwan, ainsi que son opposition à tout usage de la force.

J’ai informé mon collègue des discussions en cours au sein de l’Union européenne à propos de la levée de l’embargo sur les armes. Comme vous le savez, la Présidence luxembourgeoise a été mandatée par le Conseil européen de décembre pour finaliser les travaux à ce sujet, qui sont bien avancés, afin de permettre la prise d’une décision.

Les discussions se poursuivent dans l’UE à propos du renforcement du code de conduite et du nouvel instrument relatif à un train de mesures applicables aux exportations d'armes à destination de pays qui ne sont plus frappés par l'embargo (ce que l’on appelle la "toolbox"). A cet égard, je tiens à souligner l’importance que l’UE attache aux différents critères du code de conduite sur les exportations d’armes et, en particulier, aux critères relatifs aux droits de l’homme. Une décision n’est jamais prise dans le vide. En décembre, nos chefs d’Etat et de gouvernement ont clairement indiqué que la stabilité et la sécurité dans la région et la sécurité nationale des pays amis et alliés constituent un autre critère du code de conduite.

Nous avons également évoqué la situation dans la péninsule coréenne, qui est évidemment préoccupante pour les deux parties. L’UE attache une importance capitale aux négociations à six afin d’aborder et, espérons-le, de résoudre cette question. Je ne peux qu’encourager la Chine à confirmer son engagement et à persévérer dans ses efforts pour reconduire la Corée du Nord à la table des négociations.

Nos discussions se sont poursuivies dans la soirée par un échange de vues sur la situation en Birmanie/Myanmar, que l’UE juge préoccupante, et sur la réforme des Nations Unies. L’UE souhaite que le sommet des Nations Unies en septembre aboutisse à un résultat ambitieux et équilibré. Nous souhaitons des réponses communes aux questions du développement, de la sécurité et des droits de l’homme.

Pour conclure, je tiens à dire que je suis impatient d’explorer avec mon collègue chinois les moyens d’approfondir encore notre bonne coopération dans tous les domaines et sur tous les dossiers que j’ai mentionnés."


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 11-05-2005

Haut de page Haut de page