Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Mai 2005 > L'UE appelle la Birmanie/Myanmar à libérer tous les prisonniers politiques et à coopérer avec les Nations Unies
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
L'UE appelle la Birmanie/Myanmar à libérer tous les prisonniers politiques et à coopérer avec les Nations Unies

Date de publication : 07-05-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures


Les 6 et 7 mai 2005, Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et président en exercice du Conseil de l’Union européenne, a participé à une rencontre Asie-Europe (ASEM) des ministres des Affaires étrangères à Kyoto, au Japon.

En marge de la réunion, le ministre Asselborn et la commissaire chargée des Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner ont également eu une entrevue – en format troïka UE – avec U Nyan Win, ministre des Affaires étrangères de Birmanie/Myanmar.

Lors de la conférence de presse de clôture de la rencontre Asie-Europe, Jean Asselborn a fait la déclaration suivante sur la Birmanie/Myanmar:

"L'Union européenne reste inquiète en ce qui concerne la situation en Birmanie/Myanmar. Nous appelons le Comité d'État pour la paix et le développement à renoncer aux hostilités passées et à instaurer un dialogue constructif avec la Ligue nationale pour la démocratie, d'autres organismes représentatifs légitimes et les groupes ethniques. Seule une telle approche, ouverte à tous, pourra favoriser une réconciliation réelle et durable, apporter la paix et le développement au pays et conduire à la rédaction d'une constitution capable d'obtenir le soutien réel de la population.

L'Union européenne a également appelé une fois de plus à la libération de tous les prisonniers politiques, y compris Aung San Suu Kyi. Hier, j'ai également remis aux autorités birmanes une liste de 19 prisonniers politiques que l'UE voudrait voir libérés immédiatement pour des raisons humanitaires.

Enfin, nous avons lancé un appel aux autorités birmanes pour qu'elles établissent une coopération permanente et sincère avec l'envoyé spécial du Secrétaire général des NU Ismael Razali et le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme au Myanmar Sergio Pinheiro ainsi qu'avec toutes les agences des Nations Unies impliquées.

Le ministre des Affaires étrangères de Birmanie/Myanmar a accepté d'étudier la liste des prisonniers politiques ainsi que les demandes formulées par l'Union européenne."



Dernière mise à jour de cette page le : 07-05-2005

Haut de page Haut de page