Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Mai 2005 > 14ème sommet UE-Japon – Communiqué de presse conjoint
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
14ème sommet UE-Japon – Communiqué de presse conjoint

Date de publication : 02-05-2005

Domaine politique : Affaires générales et Relations extérieures

Réunion : Sommet UE-Japon


1. M. Jean-Claude Juncker, Premier ministre du Luxembourg, en sa qualité de président du Conseil européen et accompagné du Haut représentant Javier Solana, M. Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne et M. Junichiro Koizumi, Premier ministre du Japon, se sont rencontrés à Luxembourg le 2 mai 2005 à l'occasion du 14ème sommet entre l'Union européenne et le Japon.

2. Les dirigeants participant au sommet ont examiné la mise en œuvre du plan d'action UE-Japon, adopté en 2001, et fixé les actions prioritaires à engager d'ici le prochain sommet UE-Japon (cf. annexe). Ils ont relevé que ce programme de travail énergique traduit l'approfondissement des relations entre l'UE élargie et le Japon.  Dans cette optique, les dirigeants participant au sommet ont abordé un vaste éventail de questions internationales, à la fois multilatérales et bilatérales.

Créer un partenariat efficace en réponse aux grandes questions internationales

3. Les dirigeants participant au sommet ont eu un échange de vues ouvert sur la situation en Asie de l'Est et se sont mutuellement informés des évolutions récentes de leurs relations avec la Chine. Ils se sont félicités de ce que la Chine continuera à promouvoir des réformes stables et des politiques ouvertes et ont souligné l'important d'avoir en la Chine un partenaire international responsable et constructif. Le Japon a réaffirmé son opposition à la levée de l'embargo de l'UE sur les ventes d'armes à la Chine. Les dirigeants participant au sommet ont souligné la nécessité d'un renforcement de leur dialogue stratégique à propos du cadre de sécurité en Asie de l'Est.

4. Les dirigeants participant au sommet ont confirmé une nouvelle fois leur détermination à renforcer leur partenariat avec la Russie, sur la base de valeurs communes, et leur souhait que la Russie s'intègre pleinement dans l'économie mondiale. Ils ont souligné l'importance de la poursuite de réformes destinées à renforcer l'Etat de droit et le respect des droits de l'homme en Russie. Ils ont également noté l'importance d'une modernisation de l'outil de production de la Russie et du développement de sa capacité de croissance économique, notamment par l'amélioration du climat d'investissement. L'accession en temps utile de la Russie à l'OMC et des progrès dans l'utilisation efficace de l'énergie constitueraient des progrès importants à cet égard.

5. Concernant l'Iran, les dirigeants participant au sommet ont pris acte des progrès des efforts européens pour trouver une solution négociée à la question nucléaire. Ils ont apporté leur entier soutien à la poursuite d'efforts afin de trouver un accord fixant des dispositions à long terme. Dans ce contexte, l'acceptation de la candidature de l'Iran à l'OMC constituera un pas important. Ils chercheront à mener le plus loin possible leurs efforts parallèles en vue d'obtenir des garanties objectives sur la nature pacifique des activités nucléaires de l'Iran. Des progrès concrets sur la question nucléaire auraient un effet positif sur l'approfondissement des relations de l'Iran avec l'UE et le Japon.

6. Les dirigeants participant au sommet ont réaffirmé leur volonté de parvenir à une résolution pacifique de la question nucléaire nord-coréenne. Ils ont appelé la Corée du Nord (DPRK) à démanteler complètement ses programmes nucléaires sous contrôle international crédible et, à cette fin, à reprendre sans délai et sans conditions préalables les négociations à six. Les deux parties ont encouragé la DPRK à prendre de nouvelles mesures de modernisation de son économie et d'amélioration des conditions de vie de son peuple. Les deux parties ont appelé la DPRK à respecter pleinement la résolution récemment adoptée par la Commission des droits de l'homme des Nations Unies à propos de la situation des droits de l'homme en DPRK. Dans ce contexte, l'UE a confirmé son soutien énergique aux efforts de résolution de la question des enlèvements.

7. Concernant l'Irak, les dirigeants participant au sommet ont estimé que le succès des élections et la formation ultérieure d'une Assemblée nationale de transition reflètent l'attachement du peuple irakien au processus politique en cours, aux principes démocratiques et à l'Etat de droit. Ils ont salué la formation du nouveau gouvernement irakien de transition et réaffirmé l'importance qu'ils attachent à la poursuite de la mise en œuvre des prochaines étapes fixées dans la résolution 1546, notamment l'élaboration d'une constitution permanente, en vue de la formation d'un gouvernement le 31 décembre 2005 au plus tard. Ils ont exprimé leur détermination commune à renforcer les efforts concertés de la communauté internationale afin d'apporter une assistance politique et financière à la reconstruction de l'Irak.

8. A propos de l'Afghanistan, les dirigeants participant au sommet se sont félicités de l'organisation d'élections législatives et provinciales le 18 septembre, auxquelles ils apporteront leur entier soutien. Ils ont salué l'adoption par le gouvernement afghan d'un plan d'action de lutte contre la drogue en 2005 et ont souligné l'importance d'une assistance internationale aux efforts engagés sous l'impulsion des Afghans pour régler le problème des drogues illégales de manière équilibrée et durable. Ils ont réaffirmé leur soutien à la réforme de l'appareil de sécurité et insisté sur l'importance de la réforme judiciaire. Ils ont salué les progrès substantiels du processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) et encouragé le gouvernement afghan à achever ce processus d'ici juin 2006. L'UE et le Japon ont décidé de continuer à coordonner leur action sur le terrain en matière d'aide à la reconstruction et de réforme de l'appareil de sécurité.

9. Les dirigeants participant au sommet ont salué les récents développements dans le conflit israélo-palestinien, notamment l'engagement pris par les deux parties au sommet de Charm El Cheikh le 8 février 2005 de mettre fin à tous les actes de violence, y compris tous les actes terroristes, et à cesser parallèlement toute activité militaire. Ils ont réaffirmé le principe selon lequel tous les efforts doivent conduire à une solution négociée à deux Etats faisant l'objet d'un accord entre les parties, ce qui conduira à la coexistence pacifique, côte à côte, d'un Etat palestinien viable, contigu, souverain, démocratique et indépendant avec Israël, dans des frontières reconnues et sûres. Ils ont également réaffirmé leur conviction que la feuille de route approuvée par la résolution 1515 du Conseil de sécurité des Nations Unies est le moyen d'atteindre cet objectif et appelé les deux parties à remplir leurs obligations telles que définies par la feuille de route. Ils ont confirmé leur intention de poursuivre leur soutien financier aux Palestiniens, assorti d'objectifs et de conditions claires et d'encourager les autres acteurs internationaux à offrir un soutien semblable.

10. Concernant l'Ouest des Balkans, les dirigeants participant au sommet ont réaffirmé qu'ils soutiennent de nouveaux progrès de la stabilité, de la démocratie, du développement durable et de la bonne coopération de voisinage dans la région, ainsi que leur soutien à son rapprochement avec l'UE dans le cadre du processus d'association et de stabilisation. L'UE a exprimé sa gratitude au Japon pour son engagement et son assistance dans la région. Les contacts bilatéraux continueront au niveau des experts en vue d'assurer la complémentarité des programmes d'aide.

Travailler ensemble au renforcement du système multilatéral

11. Les dirigeants participant au sommet ont marqué leur volonté d'œuvrer en faveur d'un résultat significatif et équilibré de la conférence ministérielle de l'OMC en décembre 2005 à Hong Kong, caractérisé par l'élaboration de dispositions et d'engagements détaillés sur tous les thèmes de négociation de l'agenda de développement de Doha. Ils ont souligné l'importance de la poursuite d'une coopération étroite entre l'UE et le Japon pour atteindre ce but. Il est également nécessaire de poursuivre les efforts en direction des pays en développement, notamment par l'amélioration de l'accès au marché pour les pays les moins développés et par une assistance commerciale parallèle. La conférence ministérielle de Hong Kong doit également être l'occasion d'accueillir de nouveaux membres dans l'OMC. L'UE et le Japon travailleront ensemble avec les candidats les plus avancés, notamment la Russie, l'Ukraine, l'Arabie Saoudite et le Vietnam, pour faire progresser leur dossier d'accession.

12. Les dirigeants participant au sommet ont noté que l'étroite collaboration entre l'UE et le Japon avait contribué de manière importante à l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto, qui constitue un important pas en avant en tant que réponse aux défis internationaux de l'environnement et du développement. L'UE et le Japon entendent assurer la participation du plus grand nombre possible de pays au protocole de Kyoto et, dans le cadre de l'après-2012, mettre en place une action internationale efficace, appropriée et optimale en termes de coûts, dans le respect du principe de responsabilités et capacités respectives communes mais différentes. Ils ont insisté sur la nécessité de consultations précoces sur les actions à entreprendre après 2012 et sur la nécessité de faire avancer la discussion sur le régime de l'après-2012 d'ici la prochaine conférence des parties (COP 11) de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, dans l'optique d'engager des négociations sur un futur cadre. Ils renforceront leur coopération pour favoriser le déploiement et le développement de technologies existantes et nouvelles inoffensives pour le climat et pour faciliter le transfert de telles technologies vers les pays en développement. Les dirigeants participant au sommet ont également marqué leur volonté d'appliquer progressivement le plan de mise en œuvre des résultats du Sommet mondial sur le développement durable (SMDD), en coopérant notamment dans les domaines suivants: schémas de consommation et de production durables; gestion durable de l'eau et des ressources forestières, notamment déboisement illégal; énergie pour un développement durable. Les dirigeants se sont également félicités du succès de la conférence ministérielle sur l'initiative 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) dont le gouvernement japonais a été l'hôte en avril 2005. Ils attendent avec impatience le sommet 2005 des Nations Unies, qui offrira selon eux une occasion unique de donner une nouvelle impulsion pour inclure une approche durable de l'environnement dans les Objectifs de développement du millénaire.

13. Les dirigeants participant au sommet ont souhaité l'aboutissement positif des négociations en cours à l'UNESCO sur la convention en matière de diversité culturelle.

14. Ils ont reconnu le rôle de la Cour pénale internationale en tant qu'instrument complémentaire important des efforts des Etats pour mettre fin à l'impunité des auteurs des crimes les plus graves sur le plan international. Les deux parties se sont félicités de l'organisation d'un séminaire UE-Japon sur la CPI en décembre 2004 au Japon. L'UE a exprimé l'espoir que le Japon ratifie le Statut de Rome et a souligné l'importance d'en préserver l'intégrité.

15. Les dirigeants participant au sommet ont réaffirmé leur engagement à mettre en œuvre la déclaration conjointe UE-Japon de 2004 sur la non prolifération et le désarmement et à poursuivre la coordination de leurs activités, particulièrement dans le contexte des grandes conférences internationales et des programmes d'aide aux pays tiers. Ils s'engagent à soutenir la mise en application de la résolution 1540 du Conseil de sécurité des Nations Unies pour favoriser un effort collectif, notamment en ce qui concerne le renforcement des contrôles à l'exportation dans le monde. A propos de la conférence d'examen du traité de non-prolifération (TNP), ils ont souligné l'importance cruciale de préserver l'intégrité du traité afin d'assurer un équilibre efficace entre les trois piliers du TNP. Les dirigeants ont apporté leur soutien à l'ouverture immédiate de négociations sur un traité sur les matériaux fissiles (FMCT), en prenant en compte le rapport du coordinateur spécial, et à l'entrée en vigueur aussi rapide que possible et sans conditions du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBT). Ils ont pressé tous les Etats qui ne l'ont pas encore fait de signer et ratifier le CTBT et appelé dans l'intervalle tous les Etats à respecter un moratoire et à s'abstenir de toute action contraire aux obligations et provisions du Traité. Ils ont insisté une nouvelle fois sur l'importance d'une adhésion universelle à tous les traités et instruments de non-prolifération et de désarmement et du strict respect de ces engagements par tous les Etats qui les ont souscrits. Ils ont affirmé leur soutien aux activités de l'AIEA dans ce domaine et exprimé l'espoir qu'un consensus soit rapidement trouvé sur la nomination du directeur général.

16. Sur la question de la lutte contre le terrorisme, l'UE et le Japon ont renouvelé leur appel à la ratification et à l'application de manière urgente par tous les Etats de l'ensemble des douze conventions et protocoles internationaux contre le terrorisme, ainsi qu'à l'application des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur ce thème. Ils se sont félicités de l'augmentation des contacts bilatéraux entre l'ambassadeur du Japon et le coordinateur UE de la lutte contre le terrorisme. Tout en reconnaissant l'importance des efforts de lutte contre le terrorisme au niveau mondial, ils ont décidé de coopérer spécifiquement en Asie du Sud-Est et de promouvoir de manière active la coopération régionale, notamment par le biais de centres régionaux de lutte contre le terrorisme.

17. Les dirigeants participant au sommet ont souligné l'importance du processus ASEM (Asia-Europe Meeting) dans la promotion du dialogue et de la coopération entre l'Asie et l'Europe, afin de répondre par un multilatéralisme efficace aux défis mondiaux, et exprimé leur volonté de renforcement du processus ASEM. Ils ont décidé de coopérer de manière étroite pour assurer le succès de la 7ème réunion des ministres des Affaires étrangères de l'ASEM à Tokyo les 6 et 7 mai 2005, ainsi que les autres réunions ministérielles ASEM à venir.

Construire un partenariat bilatéral fort et efficace

18. Les dirigeants participant au sommet ont marqué leur grande satisfaction devant les progrès substantiels accomplis des deux côtés depuis le sommet de l'an dernier dans la mise en application du cadre d'investissement destiné à favoriser la croissance des investissements directs dans les deux sens (cf. annexe). Ces progrès incluent le mandat confié aux organismes de réglementation européens sur les titres pour qu'ils donnent d'ici le milieu de l'année un avis technique sur l'équivalence des normes comptables japonaises avec les normes comptables internationales. Les dirigeants ont reconnu la nécessité de nouvelles mesures pour accroître les investissements directs dans les deux sens, en particulier pour faciliter les nouvelles implantations industrielles et les fusions et acquisitions. Le dialogue sur les réformes réglementaires a continué à produire des résultats concrets, tels que des solutions pratiques pour faciliter les conditions de vie et de travail des expatriés. Dans ce contexte, les dirigeants ont souligné l'utilité du dialogue et des échanges d'information actuels sur des thèmes économiques majeurs, notamment la réglementation REACH et les marchés publics. L'UE et le Japon poursuivront leur dialogue sur les droits de propriété intellectuelle (DPI), notamment dans le domaine des appellations géographiques. L'initiative conjointe destinée à promouvoir un plus grand respect des DPI en Asie a déjà donné de bons résultats et sera poursuivie au cours de l'année à venir. En outre, le Japon et l'UE travailleront étroitement ensemble et participeront activement aux discussions en cours sur les brevets internationaux, en recherchant notamment les voies et moyens d'élaborer un système mondial de brevets. Ils développeront également leur coopération conformément à la déclaration conjointe de 2004 sur les technologies de l'information et de la communication (comme précisé en annexe).

19. En outre, d'importantes négociations ont été engagées afin de faciliter et d'élargir le champ de nouvelles interactions économiques: sur un accord de coopération douanière et un accord scientifique et technologique. Ces deux accords, de même que l'accord Japon-Euratom sur les usages pacifiques de l'énergie nucléaire, devraient être finalisés très rapidement.

20. Les dirigeants participant au sommet ont insisté sur l'importance d'un développement de la coopération scientifique de manière à créer un partenariat ambitieux de recherche et d'innovation technologique. En ce qui concerne ITER et la coopération internationale dans le domaine de la fusion nucléaire, l'UE et le Japon se sont félicités des progrès accomplis par tous les partenaires d'ITER, et notamment de la réunion constructive entre le ministre Nakayama et le commissaire Potocnik le 12 avril.

21. Les dirigeants participant au sommet ont appelé de leurs vœux la poursuite d'une mise en œuvre innovatrice du plan d'action pour répondre à de nouveaux défis communs. Ceux-ci incluent la promotion de l'efficacité énergétique en Asie, dans le contexte de l'impact sur l'offre mondiale et sur l'environnement. D'autre part, au moment où la mondialisation des marchés financiers s'accélère, ils approfondiront leur coopération en renforçant le dialogue informel entre marchés financiers. En outre, le dialogue sur le thème de la sécurité des transports doit être développé afin de promouvoir l'usage de règles internationales acceptées, ainsi que de meilleures pratiques. De même, le dialogue UE-Japon sur la politique industrielle et la coopération industrielle doit être utilisé pour échanger des idées en profondeur sur les moyens de renforcer la compétitivité des économies de l'UE et du Japon dans le cadre, respectivement, de la stratégie de Lisbonne et de la réforme économique structurelle.

22. Les dirigeants participant au sommet ont également noté qu'en tant que deux premiers bailleurs de subventions aux pays frappés par la catastrophe du raz-de-marée, un dialogue plus étroit sur la reconstruction des zones touchées serait positif. Ils ont souligné l'importance cruciale de la coordination des programmes d'aide et de leur adéquation aux stratégies nationales de reconstruction comme conditions essentielles d'un usage efficace de l'aide. Ils ont salué l'initiative de création de systèmes régionaux d'alerte précoce conformément aux priorités nationales et sous la coordination de l'UNESCO/IOC.

23. Ils ont noté le nombre important d'événements et de projets dans les Etats membres de l'UE et au Japon consacrés à la célébration de l'Année 2005 des échanges entre les peuples de l'UE et du Japon, soit près de 1.000 manifestations dans l'UE et au Japon. Les dirigeants ont marqué leur intention de faire en sorte que le grand intérêt suscité par l'Année UE-Japon 2005 se concrétise à plus long terme par des contacts plus fréquents et de meilleure qualité entre les peuples de l'UE et du Japon. Ils ont également salué l'ouverture à Kobe d'un deuxième institut de l'UE au Japon. Un symposium organisé avant le sommet 2006 devrait faire avancer un peu plus la réflexion sur l'évolution future des relations UE-Japon.


Annexe au communiqué de presse conjoint

Actions à prioritiser d'ici le prochain sommet UE-Japon

1er objectif: promouvoir la paix et la sécurité

Poursuivre des discussions politiques variées sur les questions internationales et régionales et renforcer en particulier le dialogue stratégique sur le cadre de sécurité en Asie de l'Est.

2ème objectif: renforcer le partenariat économique et commercial en utilisant le dynamisme de la mondialisation au bénéfice de tous

Dans le cadre du renouvellement de la stratégie de Lisbonne de l'UE et de la poursuite de la réforme économique structurelle au Japon, poursuivre le développement de nos échanges sur le thème de la compétitivité dans le cadre du dialogue UE-Japon de politique industrielle et de coopération industrielle.

Approfondir la coopération dans le domaine des marchés financiers internationaux en renforçant le dialogue informel entre marchés financiers, avec l'objectif d'organiser des rencontres plus fréquentes et de traiter des questions telles que la comptabilité et l'audit, la banque, les conglomérats, les services d'investissement et les fonds de placement.

Promouvoir les échanges par l'intermédiaire de la Japan External Trade Organisation (JETRO) et du Centre UE-Japon pour la coopération industrielle sur la base du cadre d'investissement.

Poursuivre le dialogue sur les droits de propriété intellectuelle, notamment dans le domaine des appellations géographiques, et mettre en œuvre le programme de travail 2005-2006 sur les DPI en vue d'une initiative conjointe de protection des DPI en Asie.

Conclure dès que possible les négociations sur l'accord de coopération douanière UE-Japon.

Poursuivre la mise en œuvre de la déclaration conjointe de 2004 sur la coopération dans les technologies de l'information et de la communication, et coopérer notamment en vue du succès du Sommet mondial sur la société de l'information de novembre 2005 et par le biais d'échanges consacrés aux nouveaux défis technologiques; coopérer également dans les domaines des logiciels libres, du pollupostage et des autres menaces pour la sécurité et le respect de la vie privée, à la fois sur le plan bilatéral et dans les instances multilatérales.

Poursuivre le dialogue et les échanges d'informations réciproques sur les procédures, pratiques et statistiques respectives en matière de marchés publics, ainsi que sur les initiatives de financement privé et les partenariats public-privé.

Répondre aux recommandations de la table ronde du dialogue entre entreprises UE-Japon qui seront présentées en juillet 2005.

Procéder à des échanges d'information et travaux additionnels dans les instances existantes appropriées sur le projet de directive permettant de compenser profits et pertes dans plusieurs Etats membres de l'UE, sur les permis de résidence et de travail à l'occasion des transferts intra-entreprises dans l'UE, sur l'acceptation des données d'essais et sur les questions sanitaires et phytosanitaires.

3ème objectif: répondre aux défis internationaux et de société

Dans le cadre du Groupe de coopération sur la sécurité des transports récemment créé, poursuivre les échanges d'expériences et de meilleures pratiques afin de promouvoir des mesures de sécurité bilatérales à la fois efficientes et performantes et l'adoption de règles plus exigeantes dans les instances internationales.

Organiser une réunion de haut niveau consacrée à l'environnement avant le prochain sommet et développer notre coopération dans les domaines clés tels que le suivi du sommet du G8, le protocole de Kyoto et le cadre de l'après-2012 en prenant en compte le lien étroit entre énergie et changement climatique, l'initiative 3R, la gouvernance internationale en matière d'environnement et le plan de mise en œuvre des résultats du Sommet mondial sur le développement durable et, enfin, procéder au suivi des priorités tracées dans le cadre de la Commission sur le développement durable.

Conclure dès que possible l'accord Japon-Euratom sur les usages pacifiques de l'énergie nucléaire et l'Accord de coopération Japon-CE sur la science et la technologie.

4ème objectif: rapprocher les peuples et les cultures

Engager un dialogue sur la coopération en matière de jeunesse lors du séminaire de novembre 2005 consacré à l'échange de meilleures pratiques relatives aux politiques de jeunesse et au travail des jeunes.

Tenir un symposium conjoint avant le sommet 2006 afin de discuter de manière approfondie de la nature et des objectifs des relations UE-Japon, en rassemblant fonctionnaires, instituts de recherche, société civile etc.

Examen de la mise en œuvre du Plan d'action Japon-UE

1er objectif: promouvoir la paix et la sécurité

Coopération lors de la conférence de Tokyo sur l'Irak en octobre 2004 et de la réunion des co-présidents des donateurs pour le Sri Lanka à Bruxelles le 25 janvier 2005.

Prise d'initiatives en application de la déclaration sur le désarmement et la non-prolifération adoptée lors du sommet 2004.

2ème objectif: renforcer le partenariat économique et commercial en utilisant le dynamisme de la mondialisation au bénéfice de tous

Aux termes du cadre d'investissement destiné à favoriser la croissance des investissements directs dans les deux sens: du côté européen, accession au protocole de Madrid sur l'enregistrement international des marques et adoption de la clause contractuelle alternative sur la protection des données par la Commission européenne; du côté japonais, coopération sur les normes et analyse de conformité dans des domaines tels que les instruments médicaux et le formaldéhyde et organisation de plusieurs séminaires et symposiums dans l'UE pour promouvoir les investissements au Japon.

Organisation d'un séminaire conjoint sur les DPI à Pékin en octobre 2004 et dialogue bilatéral sur les DPI en décembre 2004; révision des lois et règlements de protection des DPI au Japon.

3ème dialogue Japon-UE des organisations de consommateurs à Bruxelles en mars 2005.

3ème objectif: répondre aux défis internationaux et de société

Coopération conjointe pour encourager d'autres pays à conclure le protocole de Kyoto, entré en vigueur le 16 février 2005.

Institution du Groupe de coopération sur la sécurité des transports et tenue de sa première réunion régulière à Tokyo en décembre 2004.

Progrès des négociations sur l'accord Japon-Euratom sur les usages pacifiques de l'énergie nucléaire et sur l'Accord de coopération Japon-CE sur la science et la technologie.

Première réunion entre l'ambassadeur du Japon en charge de la lutte contre le terrorisme et le coordinateur de l'UE pour la lutte contre le terrorisme à Bruxelles en octobre 2004.

4ème objectif: rapprocher les peuples et les cultures

L'Année 2005 des échanges entre les peuples de l'UE et du Japon bat son plein avec un programme officiel de près de 1.000 manifestations au Japon et dans les Etats membres de l'UE.


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 02-05-2005

Haut de page Haut de page