Note: Votre navigateur n'affiche pas correctement ce site parce qu'il s'agit d'une version relativement ancienne d'un navigateur ou parce qu'il ne respecte pas les standards généralement préconisés pour les pages web. Pour en savoir plus lisez nos notes de conception.

 
[Luxembourg 2005 Présidence du Conseil de l'Union européenne]
 English version        
 

Chemin de navigation : Accueil > Actualités > Communiqués > Avril 2005 > La troïka sociale a débattu de l’anticipation et de l’accompagnement des restructurations
Imprimer cette page Envoyer cette page

Communiqué
La troïka sociale a débattu de l’anticipation et de l’accompagnement des restructurations

Date de publication : 07-04-2005

Domaine politique : Emploi, politique sociale, santé, consommation

Réunion : Réunion informelle des ministres du Travail et de l'Emploi


A la veille de la réunion informelle des ministres du Travail et de l’Emploi de l’UE, la Troïka sociale s’est réunie le 7 avril à Luxembourg sous la présidence de François Biltgen, ministre du Travail et de l’Emploi, en présence du commissaire européen chargé de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Égalité des chances, Vladimir Špidla, du ministre fédéral des Affaires économiques et du Travail de la République de l’Autriche, Martin Bartenstein, et du secrétaire d'État chargé des Relations de Travail, de la Compétitivité et des Consommateurs du Royaume-Uni, Gerry Sutcliffe. Mars Di Bartolomeo, ministre luxembourgeois de la Santé et de la Sécurité sociale était également présent.

Les présidents de la commission Emploi du Parlement européen et du Comité de l’Emploi ont également assisté à cette réunion qui a été l'occasion d'une concertation avec les représentants de l'Union des industries de la Communauté européenne (UNICE), de la Confédération européenne des syndicats (CES) et du Centre européen des entreprises à participation publique et des entreprises d'intérêt économique général (CEEP) sur le sujet des restructurations du point de vue des partenaires sociaux. Les partenaires sociaux luxembourgeois étaient  représentés par Jean-Claude Reding (OGB-L), Robert Weber (LCGB), Charles Krombach (Président de la FEDIL) et Paul Reckinger (Président de la Chambre des métiers).

A l’issue des travaux, François Biltgen a déclaré que la question des restructurations intéressait spécialement les citoyens européens à un moment où il est souvent question de l’Europe sociale. "Mais on parle surtout des restructurations négatives", a ajouté François Biltgen, qui a cité de nombreux exemples à travers l’Union européenne. "Selon le European Restructuring Monitor de la Fondation de Dublin, il y a eu en mars 90 cas de grande restructurations causant la perte de 30000 emplois. Mais en revanche, nous avons assisté au cours du même mois à la création de 22000 emplois. Cet exemple souligne bien l’intérêt du sujet."

François Biltgen a situé la discussion sur les restructurations dans le cadre de la révision du processus de Lisbonne, au sujet duquel il a cité tout particulièrement le point 33 des conclusions du Conseil européen du 22 et 23 mars 2005  qui disent: "Pour les travailleurs et les entreprises de nouvelles formes d’organisation du travail et une plus grande diversité des modalités contractuelles combinant mieux la flexibilité et la sécurité, contribueront à l’adaptabilité. L’accent doit être également mis sur une meilleur anticipation et gestion des mutations économiques." Dans ce contexte, il s’est félicité que la Commission européenne ait déjà produit le 31 mars une communication sur l’anticipation et l’accompagnement des restructurations dans l’Union européenne.

François Biltgen a tiré les conclusions suivantes du débat: "Il faut savoir que les restructurations sont un phénomène normal dans le monde globalisé dans lequel nous vivons, avec d’un côté des pertes d’emplois et de l’autre côté des opportunités et des nouveaux emplois. Nous avons constaté au cours du débat que chacun a ses propres expériences avec les restructurations, les unes qui sont mauvaises et les autres qui sont positives, à la fois pour les entreprises et pour les travailleurs. Les messages communs que j’ai voulu dégager à l’issue de cette réunion sont les suivants :

  • La meilleure gestion se fait au niveau local, voir régional.
  • Les restructurations ne touchent pas seulement l’industrie, elles frappent tous les secteurs, et par ricochet aussi les sous-traitants.
  • Empêcher ou retarder artificiellement une restructuration n’est pas une solution. La seule solution valable consiste en l’anticipation de la restructuration.
  • Le succès est possible si quelques conditions sont remplies : créer un climat de confiance ; un engagement honnête du côté des employeurs et des employés pour anticiper et gérer le changement; rechercher toutes les alternatives au licenciement et au chômage :  formation, out-placement, création de nouvelles activités ; responsabilités sociales des deux parties.

Les travailleurs doivent comprendre qu’il faut passer de la sécurité de l’emploi (job security) à la sécurité d’être employé (employment security). C’est la réponse aux mutations que nous vivons. Il ne faut pas que l’abandon de la sécurité de l’emploi  soit remplacé par la précarité. Il faut qu’elle soit remplacée par une autre sécurité. Cela nécessite que les partenaires sociaux travaillent ensemble pour assurer un équilibre entre d’une part la protection des salariés et d’autre part la croissance économique et de l’emploi qui sont les moteurs de notre prospérité et de la stratégie renouvelée de Lisbonne."


A ce sujet ...



Dernière mise à jour de cette page le : 08-04-2005

Haut de page Haut de page